Le meilleur trader

le meilleur trader

Qui est le meilleur trader au monde ? Tout le monde a entendu parler de Warren Buffett, l’investisseur milliardaire dans la valeur (les entreprises décotées ayant de bons fondamentaux). Son fonds spéculatif, Berkshire Hathaway, affiche une performance moyenne de près de 20%/an depuis 50 ans.

Ces résultats impressionnants font de lui l’un des meilleurs investisseurs en bourse. Mais il applique des méthodes à l’ancienne (analyse approfondie des soicétés) lourdes et peu dynamiques. Il ne rivalise plus avec les traders modernes qui utilisent des approches algorithmiques.

Le meilleur trader

Ancien professeur de mathématiques, Jim Simons est sans doute le trader le plus performant de l’histoire de la finance moderne. Depuis 1988, le hedge fund phare de Renaissance, Medallion, a généré un rendement annuel moyen de 66%, générant des bénéfices commerciaux de plus de 100 milliards de dollars. Personne dans le monde de l’investissement ne s’en rapproche. Warren Buffett, George Soros, Peter Lynch, Steve Cohen et Ray Dalio sont tous très loin de ces résultats. En 2018, il a grimpé de 76,4 % (année pourtant négative pour les bourses mondiales), et de 85,4 % l’année précédente. Comme souvent pour les traders qui s’autorisent la vente à découvert, ses meilleures années ont été enregistrées lors des crises financières : en 2008 (152,1 %), 2007 (136,1 %) et 2000 (128,1 %).

Simons, le fondateur du Hedge Fund, a créé la plus grande machine à faire de l’argent de l’histoire financière. Ce Hedge Fund a généré tellement de richesses que Simons et ses collègues ont commencé à exercer une énorme influence dans les mondes de la politique, de la science, de l’éducation et de la philanthropie. Anticipant des changements sociétaux spectaculaires, Simons a exploité les algorithmes, les modèles informatiques et les mégadonnées avant que Mark Zuckerberg et ses pairs aient eu la chance de terminer la maternelle.

La fortune de Simons

Au cours des dernières années, Renaissance a enregistré plus de 7 milliards de dollars de gains commerciaux par an. C’est plus que les revenus annuels des grandes marques telles que Under Armour, Levi Strauss, Hasbro et Hyatt Hotels.
Simons vaut environ 23 milliards de dollars, ce qui le rend plus riche que Elon Musk de Tesla Motors, Rupert Murdoch de News Corp et Laurene Powell Jobs, la veuve de Steve Jobs. D’autres au sein de l’entreprise sont également milliardaires. L’employé moyen de Renaissance dispose de près de 50 millions de dollars uniquement dans les fonds spéculatifs de l’entreprise. Simons et son équipe créent vraiment de la richesse à la manière de contes de fées remplis de rois, de paille et de beaucoup, beaucoup d’or.

Quelle est la méthode du meilleur trader ?

Très tôt, Simons a pris la décision de fouiller dans des montagnes de données, d’employer des mathématiques avancées et de développer des modèles informatiques de pointe, tandis que d’autres comptaient encore sur l’intuition, l’instinct et la recherche à l’ancienne pour leurs propres prédictions. Simons a inspiré une révolution qui a depuis balayé le monde des investisseurs. Au début de 2019, les hedge funds et autres investisseurs quantitatifs ou quantitatifs étaient devenus les principaux acteurs du marché, contrôlant environ 30% des transactions boursières, dépassant l’activité des investisseurs individuels et des sociétés d’investissement traditionnelles.

Jim Simons mise sur l’intelligence et la rigueur de ses machines et pas sur l’instinct des traders.

Simons s’appuie sur une approche scientifique et systématique de l’investissement. Ses méthodes pionnières été adoptées dans presque toutes les industries et atteignent presque tous les lieuxde la vie quotidienne. Simons et son équipe étaient déjà en train de calculer des statistiques, de confier des tâches à des machines et de s’appuyer sur des algorithmes il y a plus de trois décennies – bien avant l’adoption de ces tactiques dans la Silicon Valley. Simons a développé des stratégies de corrélation et de gestion des talents, transformant les cerveaux bruts et les aptitudes mathématiques en une richesse étonnante. Il a gagné beaucoup d’argent grâce aux mathématiques.

Méthodes traditionnelles vs analyse algorithmique

Le fonds de Jim Simons est purement quantitatif (la stratégie est décidée par un algorithme). Les succès de Simons et de son équipe suscitent un certain nombre de questions difficiles:

Que disent les résultats financiers ? Que les mathématiciens et les scientifiques prédisent mieux la direction des marchés que les investisseurs chevronnés dans les plus grandes entreprises traditionnelles.

Les réalisations de Simons prouvent que le jugement humain et l’intuition sont intrinsèquement défectueux, et que seuls les modèles et les systèmes automatisés peuvent gérer le déluge de données qui semble nous submerger.

Un paradoxe est frappant: Simons et son équipe n’auraient pas dû être les seuls à maîtriser le marché. Simons n’a jamais suivi un seul cours de finance, ne se souciait pas beaucoup des affaires et, jusqu’à l’âge de quarante ans, ne se mêlait que de trading. Une décennie plus tard, il n’avait toujours pas fait beaucoup de progrès.
 De plus, Simons n’a même pas fait de mathématiques appliquées, il a fait des mathématiques théoriques, le genre le plus impraticable. Son entreprise, située dans une ville endormie sur la côte nord de Long Island, embauche des mathématiciens et des scientifiques qui ne connaissent rien à l’investissement ou aux méthodes de Wall Street. Certains se méfient même carrément du capitalisme. Pourtant, Simons et ses collègues ont changé la façon dont les investisseurs abordent les marchés financiers, laissant une industrie de commerçants, d’investisseurs et d’autres pros aux méthodes anciennes dans la poussière.

Vous voulez en savoir plus sur Simons, le meilleur trader de l’histoire ?

Le livre racontant son histoire n’est disponible qu’en anglais pour l’instant. Vous pouvez vous le procurer chez amazon.

Mais c’est loin d’être le seul

  • Jim Rogers est le co-fondateur, avec Georges Soros, du Quantum Fund. De 1970 à 1980, son fond réalise une performance de +4000 %. Puis Jim Rogers se met à la retraite pour en profiter.
  • Richard Dennis emprunte à 26 ans 1600 dollars pour investir en bourse. Trois ans plus tard, son capital se montait à 200 millions de dollars ! Au début des années 80, il embauche et forme 23 personnes à qui il enseigne ses techniques de trading quantitatif: c’est le fameux « groupe des tortues ». Il donna ensuite à chacun 1 million de dollars de sa propre fortune. 5 ans plus tard, le bénéfice total des tortues dépassait les 175 millions de dollars ! Il a ainsi prouvé que n’importe qui pouvait réussir en bourse juste en se basant sur les cours, et non en analysant les fondamentaux des actions.

Laisser un commentaire